Le blog de poker de ktr3is

Comment se construire une bankroll en ligne sans faire de versement ?

vendredi 27 juin 2008

Tournoi live - Day 2

Nous étions 30, nous ne sommes plus que 10. Curieusement, le niveau m'a semblé moins bon qu'à la table du Day 1 : beaucoup de calling station de chez calling ! Après 3 heures de jeu, je sors 4ème, un peu décu par ma façon de jouer : je pense être passé à côté de quelques occasions qui m'auraient permis de me maintenir un peu plus longtemps.

En fait, j'ai joué très peu de mains (sûrement pas assez) et, au bord de l'agonie, j'ai du suivre un tapis avec une top paire, ce que je n'aurais pas du faire avec un peu de recul : M de 3, je suis de BB, la SB (genre calling station) égalise. J'hésite alors à envoyer le tapis mais il me couvre tellement qu'il me suivra probablement. Alors je check. Le flop J33, je me dis que je vais envoyer la boîte avec mon J6 mais c'est ce qu'il fait avant moi. J'ai callé immédiatement... J'aurais du réfléchir... Il montre KK, je suis battu, la turn et la river ne change rien !

4ème place pour 3 récompenses (honorifiques ;-) ), je n'ai pas failli à ma réputation de bulot ;-)

mardi 24 juin 2008

Tournoi live - Day 1

Le day 1 du tournoi vient de se finir. Au départ, il y avait 5 tables de 6 joueurs. Pour rappel, les deux premiers de chaque table se qualifient pour le day 2 (donnant ainsi une table finale de 10 joueurs).

La structure était plutôt lente, et donc assez agréable. Avec des stacks de départ de 1500 :

  • 5-10, 10-20, 20-40, avec un changement toutes les demi-heures,
  • 30-60, 50-100, 75-150 et 100-200 sur trois quarts d'heure.

Ma table était très serrées : 3 tables sur 5 avaient terminées (i.e il ne restait plus que deux joueurs), et nous étions encore au complet ! En fait, c'était surtout les autres tables qui étaient très agressives (l'une d'entre elle à fini avec les blinds à 30-60 :-o ).

En ce qui me concerne, j'ai eu beaucoup de chance ! Sur les deux premières heures, il ne se passe pas grand chose, je gagne de petits coups, en perds d'autre pour me maintenir autour de 1500.

Le coup de chance arrive un peu après la pause : je retourne AA (enfin 11 car le jeu était français ;-) ). Je raise à 400 (blinds 75-150), suivi par la petite blind ainsi que par la grosse. Flop : Q7x. La petite blinde mise 250, la grosse se couche, je tapisse et elle suit (elle me couvre), là je me dis gloups, pas bon, je ne pensais pas qu'elle suivrait. Elle montre Q7. La turn et la river amènent deux trèfles. Le flop en contenait deux. L'un de mes as était à trèfle... Ambiance, la petite blinde est mauvaise perdante ;-) .

Après ce coup, je suis bon chip leader, je peux donc voler quelques blinds. Je reçois AT UTG, je décide d'attaquer, 3 fois la big blind, c'est suivi par la grosse blinde qui est short stack et qui se retrouve à tapis. Il montre K5. Le flop KQx. Je me dis "pas le droit d'en vouloir au sort après ce qui m'est arrivé". La turn : un J qui me donne la quinte. A ce moment, je me suis demandé où se trouvait ma femme ;-)

Pas grand chose me concernant après et je parviens à me qualifier ! Beaucoup de chance donc, d'autant que j'ai retourné trois fois 11 (c'est pas top ces jeux français ;-) ).

La suite demain !

dimanche 22 juin 2008

Tournoi live sur 2 jours

Peu de nouvelles en ce moment car je ne joue plus ! Difficile de rester derrière l'ordinateur avec un temps pareil ! En revanche, petite actu dans les jours à venir car je vais participer à un tournoi live d'une quarantaine de personnes. Le tournoi se déroulera sur deux soirs :

  • Premier soir : 5 tables de 8 joueurs, les deux meilleurs de chaque table sont qualifiés pour le lendemain
  • Deuxième soir : table finale de 10 joueurs

Ca va me rappeler des souvenirs ! C'était par ici, par ici et par  !

mercredi 26 mars 2008

De l'online au live, mode d'emploi et conseils pour débutants

tournoiLive1.pngAlors voilà, ça y est, vous avez décidé de franchir le cap, c'est un grand moment pour vous : vous allez faire votre premier tournoi live dans un cercle de jeu voire même un casino. Il va y avoir des croupiers, une moultitude de tables, une foultitude de joueurs et ça fait trois nuits que vous ne dormez plus, à vous imaginer la main de rêve que vous n'allez sûrement jamais toucher ;-) . Comme pour le bac, inutile de réviser la veille, en revanche, quelques conseils pratiques avant de vous asseoir à votre première table.

tournoiLive2.pngPour la tenue vestimentaire, certains clubs refusent l'entrée aux joueurs en baskets. Pour éviter de prendre un risque inutile, évitez donc les chaussures de sport, les jeans bleus et optez plutôt pour des chaussures de ville et une chemise. Quid de la casquette, des lunettes de soleil et du casque qui vous isole ? A mon avis, c'est loin d'être indispensable. De plus, si vous vous pointez avec un tel accoutrement, il va falloir assumer derrière les moqueries des "the mouth" en puissance (il y en a un joli paquet). Bien évidemment, si vous êtes sponsorisés, la question ne se pose pas !

tournoiLive5.pngAvant de demander au croupier la valeur des jetons, vérifiez qu'elle n'est pas tout simplement inscrite dessus ! Là, vous vous dites : "mais il ne serait pas en train de nous prendre pour des jambons le père ktr3is ?" Et bien non, ça peut paraître bête comme conseil, mais en cumulant la pression et l'usure des jetons, ça peut arriver :-p , j'en ai la preuve !). A propos des jetons, tournoiLive3.pngils doivent toujours être rangés de manière à ce que vos adversaires puissent voir combien vous avez (les plus gros jetons doivent donc être bien visibles). Faites-le, ça vous évitera des remarques du croupier du style "il faut toujours ranger ces jetons..... c'est quand même pas votre premier tournoi, vous devriez le savoir...", "et bah si *******, c'est mon premier tournoi !!!" (ça, je l'ai juste pensé !).

Le conseil "de base" : évitez de regarder votre main avant que le joueur vous précédant n'ait annoncé ses intentions : c'est le meilleur moyen pour ne pas donner d'indications sur votre jeu. L'inconvénient, c'est que tout le monde vous regarde regarder vos cartes et que vous avez moins de temps pour prendre votre décision ! Le meilleur compromis est probablement de se tenir prêt et de regarder les cartes dès que le joueur précédent a fait son annonce (call/raise) : le temps que le joueur avance ses chips, ça laisse un petit répit ;-) .

tournoiLive6.jpg Bon, tout va bien jusque là, vous êtes assis, vous avez regardé vos cartes, c'est à votre tour de parler, vous souhaitez suivre : ce n'est pas la peine de le dire, poussez en une seule fois le bon nombre de chips et cela sera interprété comme un call. Toujours à vous de parler, mais là vous allez relancer : prenez votre temps. Calculez le montant de votre relance (en online, c'est automatiqe, en live, il vous faut relancer au moins une fois le montant de la dernière relance, ou bien de l'ouverture s'il n'y a pas eu de relance), déterminez les chips qu'il vous faut, annoncez clairement "je relance" et poussez les chips en une seule fois. Vous n'êtes pas obligé de dire de combien vous relancer, le croupier s'en chargera. De même, si vous tapissez, ne vous embêtez pas à compter précisemment, le croupier le fera si un autre joueur le demande. Dernier petit conseil sur les mises : si pour mettre la petite blind, il vous faut mettre 500 et que vous n'avez que des jetons de 1000, pas de problème, vous mettez votre jeton de 1000, si vous passez, le croupier vous rendra automatiquement les 500 (c'est valable également pour la grosse blind, vous pouvez mettre plus, le croupier vous rendra la différence).

tournoiLive7.jpgSi quelqu'un vous demande combien il vous reste pendant un coup, contentez vous simplement de désigner votre stack avec vos mains en vous assurant que vos jetons les plus gros sont bien visibles et qu'il n'aura pas de mal à compter lui-même. S'il insiste, normalement, le croupier s'en chargera. De même, si vous souhaitez connaître le montant d'une relance ou d'un tapis d'un des joueurs qui ne range pas bien ses chips, n'hésitez pas à demander au croupier.

Une autre nouveauté par rapport à l'online : le chip race. Il suffit de laisser le croupier faire ! Cette opération va consister à retirer les plus petits jetons qui ne servent plus (exemple : en début de tournoi il y avait des jetons de 25 et de 100 et les jetons de 25 ne sont plus utiles). Pour cela, le croupier vous échangera le maximum de jetons (jusque là, c'est simple : si vous avez 10 jetons de 25, il vous donne deux jetons de 100). Pour ceux qui ne peuvent pas être échangés (les deux restants), le dealer donnera à chaque joueur une carte par jeton restant (de 25) et attribuera un jeton supérieur (de 100) aux meilleures cartes. Ca paraît plutôt compliqué mais encore une fois, il suffit de laisser faire ;-) .

tournoiLive4.png Régulièrement, la personne qui dirige le tournoi (sorte de chef des croupiers, celle qui dit le fameux "croupiers, distribuez s'il vous plaît") va réorganiser les tables afin qu'elles soient homogènes en terme de nombre de joueurs. Lorsqu'un joueur doit quitter une table pour aller à une autre, c'est celui qui se trouve à la grosse blind qui s'y colle. A la fin du tournoi, il se peut que les tables finales (voire demi-finales) soient tirées au sort. A ce moment là, il y a une petite pause, tout le monde se lève et tire une petite plaquette avec un numéro de place. Dernier conseil, si vous voyez une chaise un peu plus haute que les autres qui vous semble inutilisée, ne vous en servez pas comme porte-manteau, même si elle se trouve juste à côté de vous, c'est la chaise de la personne qui dirige le tournoi ;-)

Enfin, pour vous plonger dans l'ambiance, vous pouvez allez jeter un oeil par ici (pour le CR de mon premier tournoi live à l'ACF) et également par (pour un bilan plus global) !

Bonne chance à tous !

jeudi 7 février 2008

Bilan global de mon tournoi à l'Aviation Club de France

Ce post pour faire un dernier bilan global de ce tournoi à l'ACF. Après, promis, je n'en parle plus ;-)

  • C'est une super expérience. Depuis le temps que je joue au poker et que je voulais faire un "vrai" tournoi live, je suis comblé. La structure du tournoi était agréable, les croupiers efficaces, les mains s'enchaînent vraiment vite, ça joue ! (Ca change de Robert qui sort le flop avant de distribuer les cartes ;-) ) bref tout était très pro. Je conseille à tous les passionnés de poker de faire l'expérience, au moins un fois, un "one shot", hors gestion de bankroll, un petit plaisir, un gros cadeau !
  • En revanche, car il y a bien un "en revanche", l'ambiance aux tables n'est pas très bonne. Certains joueurs sont tout simplement odieux, d'une part avec les autres joueurs, mais également avec les croupiers. Le cas qui m'a le plus marqué, c'est la façon dont l'un des joueurs parlait à la croupière : le mec se fait gravement relancé, et ça se voit que ça le dose, il n'en peut plus, il demande à la croupière "Y'a combien là", elle : "A peu près 2500", lui : "Non mais y'a combien exactement, j'ai besoin de savoir", la croupière s'exécute, compte les jetons, ça prend un peu de temps, et annonce "2550" pour entendre instantanément "je passe". A voir sa tête, on la sent un peu dosée également, elle ajoute "Ca a bien servi que je compte là, hein ?" et l'autre de répondre "Oui, ça vous entraîne et puis ça vous occupe", elle : "vous avez conscience de faire perdre du temps à tout le monde ?", lui : "vous savez, moi je m'en fous, j'ai tout mon temps, prrrrr (bruit ressemblant à une flatulence émit avec sa bouche)", la grande classe, ce n'est qu'un exemple.
  • Les croupiers eux-mêmes ne sont pas très aimables (mais j'imagine qu'il faut être un minimum sec pour se faire respecter), donc, pourquoi pas un petit pourrissage en règle de temps en temps !
  • Ah oui, et puis la personne à l'accueil de l'ACF (celle qui prend les cartes d'identité) et l'une des personnes les moins futées et les plus détestables qu'il m'ait été donnée de rencontrer. C'est le premier contact que les joueurs ont avec le club, je trouve ça incroyable que la direction laisse quelqu'un d'aussi abjecte à ce poste. Il y avait des touristes qui demandaient s'il y avait du cash game (pas de chance, le tournoi occupait toutes les tables), ils se sont fait recevoir, quelque chose de bien... Ca plante l'ambiance.
  • Au final (accueil + tables), une impression générale d'ambiance que je qualifierais de "prout prout parisienne" (sans vouloir le moins du monde dénigrer les parisiens ou Paris, j'y suis moi-même né), un poil glauque et un chouilla malsain.
  • Dernier point en forme de conseil : après avoir joué pour le première fois 6 heures, on éprouve une seule envie, enfin en ce qui me concerne : ne plus penser au poker, faire autre chose. Alors, le conseil du jour : lorsque vous ferez votre premier tournoi live, prévoyez une soirée seul juste après, vous ne le regretterez pas, surtout si vous faites la bulle, j'me comprends :-)

Banzaï !

mercredi 6 février 2008

Tournoi 100€ freezout à l'ACF, 160 joueurs, vu de l'intérieur !

Ce post pour vous décrire comment j'ai vécu mon premier tournoi live (100€ freezout à l'ACF).

Sur le trajet pour l'ACF, je reçois les dernières consignes, indispensables pour passer du online au live sans encombre. Entre autre : si un joueur te demande combien de jetons tu as, fais simplement un geste avec tes mains en direction de tes jetons, n'oublie pas d'avoir les plus gros jetons bien visibles, si tu ne dis rien en misant, par défaut, tu suis, ne te laisse pas impressionner par les joueurs trop bavards, etc, etc, on pourrait en écrire des pages (ça fera peut-être l'objet d'un prochain post ;-) il y a tout un petit tas d'information à savoir quand on passe de l'online au live).

Une fois arrivé à l'ACF, après avoir passé l'accueil extrêmement désagréable du maton (j'y reviendrai pour sûr dans un prochain post ;-), nous visitons les lieux, et, très vite, il faut s'assoir, le tournoi commence, 160 participants, 16 tables.

Inutile de vous dire que je suis dans un état un poil tendu, et là, je découvre mes jetons, sans valeur, glips, je vais être obligé de demander au croupier, j'eessaie de dire d'un ton très assuré "Quelle est la valeur des jetons s'il vous plaît" (au cas où le croupier et les autres joueurs auraient eu un doute sur mon habitude à fréquenter les tournois live, la question est reglée ;-) ). Pas de réponse du croupier, j'entends deux autres joueurs parler entre eux : "si, si le montant est inscrit sur les jetons mais c'est presque effacé". Je regarde attentivement, et, effectivement, je parviens à lire 25, 100, 500 et 1000. Les blinds sont à 25/50, les stacks de 3000, "croupiers, mélangez les jeux s'il vous plait" (ça pète moins qu'un "shuffle up and deal", mais c'est largement suffisant pour m'impressionner ;-) ), c'est parti. Je souhaite commencer vraiment tight donc je demande aux dieux des cartes de ne rien me donner sur les 20 premières mains, comme si, à mon âge, je n'avais pas encore compris que cela ne servait à rien ;-)

Je commence à observer les joueurs et je remarque assez rapidement deux joueurs assez faibles mas c'est tellement gros que je me demande s'ils ne font pas exprès ! La suite me montrera que non, ils ne faisaient pas exprès, ils sont sortis assez rapidement. Le premier était visiblement encore plus débutant que moi et je pense qu'il ne connaissait pas l'ordre de toutes les combinaisons ! Le deuxième, j'en parle plus loin dans ce post, c'est le limper fou avec as rag.

Je suis content de folder peinard les deux trois permières mains. Mes mains (les vraies, celles que j'ai au bout des bras) commencent enfin à se calmer et à ne plus trembler quand boum, :Ac :Kc , le big slick me saute au visage sans prévenir. C'est à moi de parler, punaise, plus de salive dans la bouche, je me dis "sois fort, annonce clairement que tu vas relancer", j'attends quelques secondes, mon coeur est à 200 à l'heure, j'ouvre la bouche et annonce "je relance", je baisse la tête pour éviter tous les regards, je rapproche mes mains de mes jetons pour me rendre compte qu'elles se sont remises de plus belle à trembler, damned et tout le monde qui doit être en train de me regarder, beaucoup de difficultés pour calculer 4BB avec les jetons, c'est la catastrophe. On serait dans un film, on entendrait le battement du coeur à la Midnight Express quand il passe la douane chargé comme une mule ;-) . Tout ça pour bêtement relancer de 4BB (je balance mes jetons sans rien dire dans la zone du pot). Cette première relance est suivie par deux joueurs, j'en conclue que mes raises ne sont pas trop respectés, auraient-ils remarqués que je suis novice ? Ca peut être un avantage... Le flop arrive, je ne m'en souviens plus mais il ne m'arrange pas. Je décide de ne pas faire de continuation bet (conseil pré-tournoi no 183 ;-) ), l'un des joueurs mise assez gros, je me couche, fin de ma première main, je me retrouve à 2800 jetons, ça, c'est fait.

Je suis content de pouvoir folder à nouveau quelques mains quand reboum : AQo . Pas moyen de juste limper ça, il faut que je raise. Je me concentre, j'annonce clairement "je relance", mes mains tremblent un peu moins, je pousse mes jetons, je regarde vers le bas et j'attends. Tout le monde se couche, je viens de gagner mon premier coup dans un tournoi live :-)

Assez rapidement, je commence à me faire une idée sur les joueurs m'entourant. Trois d'entre eux se montrent très souvent leurs cartes et je pense qu'ils n'ont pas vraiment de stratégie derrière. Je vois donc très rapidement que la personne à ma droite limp systématiquement tous ses as pour ensuite se coucher si elle ne touche rien, tactique mondialement reconnue pour s'assurer une sortie assez rapide. Malgré ce joueur, la table est quand même globalement assez serrée, ce qui nous vaudra un "ça joue solide là, ça joue solide" d'un des joueurs de la table les plus bavards et les plus raleurs (je ne touche jamais rien, etc, etc...)

Après ce AQo, je suis vraiment très content de pouvoir folder des mains (ok, je ne suis pas venu pour ça mais j'ai vraiment besoin de prendre mes marques). Très rapidement, rereboum, KK , qui surgit, encore une fois sans crier gare. Diable, que de mains (la troisième, en une grosse dizaine). Je suis dans les premiers à parler, je relance un poil fortement à 5BB (en fait, j'ai eu peur de ne pas être crédible avec mes relances incessantes). Tout le monde se couche.

Une main qui prouve que la table est assez passive (moi compris) : de big blind, je touche T4, trois limpers me permettent de voir le flop, qui ne m'apporte rien, tout le monde check, la turn, tout le monde check et la river amène un tout petit 4 que je ne me sens pas de value better, tout le monde check, je gagne ce petit pot.

Pas mal de mains passent, mon stack diminue un peu et là, première grosse étourderie de débutant. Je me retrouve avec une main somme toute moyenne : :Kc :Qc , que je décide de raiser (ce qui est certes discutable, mais là n'est pas le point). Je relance donc (de plus en plus sûr ;-) ). Je me fais caller par le short stack (qui a moins que le montant de ma relance) et par un autre joueur (le limper fou avec ces as). Il y a donc un side pot (assez faible par rapport au main pot). Pas d'as au flop, je décide de faire un continuation bet mais là, j'oublie qu'il y a un side pot et je mise le tiers du main pot, ce qui doit représenter 10 fois le side pot. La boulette. Le limper fou qui n'a pas touché son as se couche et là je me dis, zob, pour deux raisons : un, les joueurs vont voir que j'ai fait un bluff sur un quasi empty side pot et deux, ils vont voir que j'ai raisé avec une main très moyenne, je n'avais pas vu venir tout ça. Je montre tout penaud mon :Kc :Qc (j'entends le limper fou "et moi j'avais A8 !") , et troisième mauvaise nouvelle, le short stack montre KK, je perds donc le main pot ainsi que le peu de crédibilité que j'avais pu acquérir à la table, grumpf.

A partir de là, je ne vais plus rien toucher de gros et affaibli par l'image que j'ai donné, je vais jouer très serré. Mon M baisse, baisse, baisse, je me retrouve inférieur à 5 et je me surprends à tapisser avec un as ou un roi ! Je m'en sors plutôt pas trop mal jusqu'à ce que je tapisse :Ad :Td avec à peu près 2000 jetons, suivi par un joueur assez loose, arrivé en cours de route et qui était visiblement enervé par mes tapis ou qui, en tout cas, le cachait très mal). Il me suit avec K8, je le couvre. Le flop ne change rien, la turn non plus et la river lui donne une paire de 8, ça fait mal mais je reste stoïque.

Je n'ai alors plus que 600 jetons, un peu plus que la grosse blind. A ce moment là, je regarde le tableau et je me dis, bon, il y en a déjà 80 d'éliminés (et pas des moindres, j'me comprends ;-) ). Le problème avec 2 fois la grosse blind c'est qu'on va être suivi avec pas grand chose car on n'impressionne plus personne. J'attends donc d'avoir une main mais elle ne vient pas et je me retrouve de grosse blind, mis à tapis par la petite blind sans regarder ses cartes, je suis sans regarder les miennes. J'ai 63, ce qui n'est pas top, il a T6, ce qui n'est vraiment pas top pour moi. Un lucky beat pour un bad beat, je touche un 3 et reste dans la partie !

Ensuite je tapisse encore quelques mains, gagnent les blinds et les antes et quelques coups plus tard, on peut dire que je suis définitivement back in the business ! On arrive à quatre heures de jeu, c'est la deuxième pause, nous sommes encore une quarantaine et je suis un poil en dessous du tapis moyen (10000) mais rien de dramatique. J'intègre une nouvelle table.

A la reprise, je vais connaître un petit rush où, en deux mains très rapprochées, je vais réussir à placer un continuation bet qui arrache le pot. Pour la petite histoire, l'autre joueur avait la position sur moi, après le flop, comme d'habitude, je fais semblant de réfléchir en mettant ma tête dans mes mains et là, j'entends "check", "c'est pas à toi de parler", "ouah mince", "tu lui as donné une sacrée indication". Sans relever la tête, je fais mon continuation bet, après avoir décidé de le diminuer un peu ;-) .

Deuxième main : je touche QJ de BB et j'arrive à voir le flop en checkant, nous sommes deux Le flop me donne la top pair. J'ai la position sur l'autre joueur et il mise assez gros (2500). Je sais que je vais relancer, je regarde ses jetons, je le relance (et le met à tapis car il n'a plus beaucoup), il se couche.

Troisième main où je touche :Ad :Jd , je suis au bouton et je relance assez fortement (4BB). Le SB passe et j'entends "tapis" d'un joueur que je sentais à un regard précédent passablement enervé par mes nombreuses relances. En gros, il me percevait comme un loose agressif (moi, le tight de chez tight). En retour, je n'ai aucune indication sur lui. Il me couvre largement, ce qui m'impressionne et il en impose un max, ce qui m'impressionne également. Si je me retire, je suis encore au dessus du tapis moyen. Un ami me dira que c'est mal joué mais je n'ai pas voulu risquer mon tournoi alors que j'étais encore bien dedans, je me suis couché, il a montré son bluff : K9.

A partir de là, la lente agonie va commencer et je ne vais plus rien toucher du tout. Au bout de 5h30 de jeu, nous ne sommes plus que 20, 2 tables : les demi finales. Nouveau tirage au sort de toutes les places, je me retrouve exactement à la même table avec le même croupier désagréable (j'y reviendrai ;-) ). Mon stack n'est plus que de 6000 je crois, avec des blinds à 1000/2000 et des ante à 100. Il y a 5 minutes de pause, je discute avec mes amis. Je sais que ça va être dur pour atteindre les places payées (18).

La partie reprend, je ne parviens pas à tapisser, je suis de grosse blind et la mort dans l'âme, alors que nous ne sommes plus que 19 et que je suis short stack de chez short stack, je décide de suivre la n-ième relance d'un joueur avec :5h :6h , j'aurais probablement du me laisser mourir en espérant l'accident et je n'aurais certainement pas du écouter les côtes ;-) Probablement un manque de lucidité donc, sûrement du à la fatigue (j'avoue avoir eu un gros coup de mou à partir de la qutrième heure), je suis donc, le board ne m'aide pas, je sors à la bulle !

Toujours un peu triste de finir à la bulle, mais bon, je suis quand même content de ma première prestation live. Cela faisait un sacré bout de temps que je souhaitais faire un "vrai" tournoi live, voilà, ça, c'est fait !

lundi 4 février 2008

Résultat de mon tournoi à l'Aviation Club de France

Je vous épargnerai tous les mauvais jeux de mot possible avec la bulle ;-) mais c'est bien le résultat que j'ai fait à mon premier vrai tournoi live, à l'ACF ce week-end à Paris.

Pas d'embrouille, je suis certes un peu déçu de ne pas avoir franchi la porte des ITM mais je suis très content d'avoir fini dans les 20 premiers (sur 160) ! J'ai joué à peu près 6 heures. Je ferai très prochainement deux posts : un sur l'impression générale que j'ai ressentie (en particulier sur l'ambiance à l'ACF) et un sur quelques mains qui m'ont fait vibrer (obligé ;-) ).

dimanche 27 janvier 2008

Tournoi à l'ACF

Dimanche prochain, c'est le jour de mon big game à moi ;-)

En effet, le week-end prochain, je vais rendre visite à mon ami blackturp et à sa petite famille qui vient de s'agrandir, et dimanche, on se fait le 100€ freezout de l'ACF (Aviation Club de France).

La structure est la suivante : 3000 jetons, rounds de 30 minutes, 25/50 50/100 75/150 100/200 150/300 200/400/25 300/600/25 500/1000/75

La pression monte ;-)

samedi 19 janvier 2008

Tournoi avec les collègues !

L'étape suivante de ce tournoi a eu lieu vendredi dernier :

  • 8 participants
  • 1500 jetons
  • 5/10, puis une montée "à la Full Tilt" toutes les 10 minutes

Structure assez proche du speed poker et l'on se retrouve assez rapidement avec un M inférieur à 10 surtout si comme moi, on connaît quelques déconvenues en début de partie :-) Après donc un début de partie assez aggressif mais peu concluant, je me suis remis à un style plus serré et j'ai réussi à me faufiler ITM pour sortir 3ème après avoir suivi preflop JJ avec TT, ça fait mal. Un ROI d'exactement 0% car la répartition était de 5-2-1 ;-)

samedi 27 octobre 2007

Un tournoi "live"

Tournoi à 12 joueurs, 2 tables de 6, augmentation des blinds toutes les 12 minutes, début à 5/10 avec des stacks de 1500.

Le tournoi a duré 4 heures. J'ai fini quatrième (la fameuse bulle : les prix étaient répartis de la façon suivante : 6-4-2) . Une dernière main assez intéressante contre un joueur large, aggressif à un moment où les blinds étaient importantes par rapport aux stacks (400/800) : je suis de BB avec deux petites cartes de la même couleur (36). Preflop, l'autre joueur, UTG, call, les deux suivants se souchent (dont le SB) et je check, le flop sort KJ3, je me retrouve donc avec la low pair. Je check, l'autre joueur mise 800 et je décide de raiser car elle a fait beaucoup de continuation bets : 1600 (peut-être trop faible), elle call, un 2 sort (ce qui donne deux trèfles parmi les cartes communes), je check, elle mise à nouveau 800, je raise encore une fois, all-in (elle me couvre largement), elle suit très rapidement et montre A5 de trèfle. A ce moment je mène mais elle a alors un joli paquet d'outs : 9 trèfles, deux As, deux 5 et trois 4 pour la quinte = 16 outs sur 44 cartes, un peu plus d'une chance sur trois. C'est un 4 qui sort à la river et qui lui donne une quinte !